Le minimalisme digital

Depuis plus de 5 ans, on désencombre chaque recoin de notre maison, de nos tiroirs et de nos garde-robes pour laisser place à autre chose. Plus de temps, moins de ménage, plus d’économie d’argent, moins d’objets inutiles qui nous entourent, etc. Cette année, c’est à notre vie digitale que nous avons décidé d’appliquer le même traitement.

Notre vie numérique est loin d’être celle qui nous vient à l’esprit en premier lorsqu’on pense à épurer notre quotidien, mais c’est pourtant tellement évident quand on y réfléchit!

On passe de nombreuses heures en ligne à travailler, se distraire, faire des recherches et faire une panoplie d’autres choses plus ou moins essentielles. Notre téléphone intelligent est rempli de photos, de courriels et d’applications diverses qui nous permettent de ne posséder qu’un seul appareil pour tout faire, mais qui, avouons-le, nous poussent aussi à devenir dépendant de cet objet comme si notre vie en dépendait. Tout cet encombrement semble invisible, mais il est pourtant très présent dans notre quotidien et affecte énormément notre état mental. Prenez un instant pour observer comment vous vous sentez après avoir passé un long moment à fixer votre téléphone vs le même temps à faire une activité physique ou une autre activité qui vous plaît.

Il suffit de regarder notre temps d’écran pour réaliser l’ampleur de notre utilisation et du temps qu’on y passe (allez dans les réglages du téléphone → temps d’écran pour y avoir accès sur iPhone). C’est en voyant notre rapport quotidien que ça nous a frappés. 4h par jour, 20 heures par semaine en moyenne, l’équivalent d’un emploi à temps partiel. Oui, il y avait du travail relié à ça, mais soyons honnêtes, les réseaux sociaux sont construits pour nous faire passer le plus de temps possible sur leur plateforme (allo stories Instagram qui défilent en continu, vidéos YouTube qui s'enchaînent automatiquement, etc.) et on n’échappe pas à cette tactique.

Il y a plus de deux ans, on a commencé par désactiver les notifications de nos téléphones. Finis les alertes lorsqu’un courriel rentre ou que quelqu’un commente l’une de nos publications. Ce simple geste nous a libérés de l’urgence de répondre et de devoir être disponible en tout temps, à tout moment. Un premier pas vers la libération. Ensuite, l’an dernier, on a fixé des limites d’utilisation des applications. On y est allé en progression, d’abord un max de deux heures pour les applications comme Instagram et Facebook et ensuite on a réduit à une heure. On mentirait ici si on disait qu’on n’a pas contourné cette limite quelquefois! On s’est aussi désabonné de nombreuses personnes sur Instagram afin de ne conserver que ceux qui correspondent vraiment à nos intérêts.

Vient ensuite le grand ménage des applications du téléphone. On a supprimé toutes les applications qu’on ne se servait pas régulièrement et qui prenaient de l’espace dans celui-ci. Même chose pour les courriels lus, les boîtes d’indésirables et même la corbeille qu’on doit aller vider manuellement. Après ce fut le tour des milliers de photos. On a conservé sur un disque dur nos préférées et on en a profité pour en faire imprimer et en encadrer quelques-unes. On a supprimé les autres. C’est long à faire, mais ça en vaut la peine.

Pourquoi? Parce que près de 4% des GES mondiaux sont créés à cause de notre vie numérique*. 

Notre vie virtuelle a donc des impacts bien réels sur l’environnement. Tout ce qu’on stock sur de la mémoire virtuelle doit être entreposé dans de géants ordinateurs qui eux demandent de l’énergie pour faire fonctionner. La solution n’est donc pas de s’ajouter de la mémoire sur le nuage chaque fois, mais plutôt de désencombrer ce qu’on possède

Même une simple recherche sur un moteur de recherche a un impact écologique*.

Malgré tout ça, depuis plusieurs mois, notre utilisation d’Instagram continuait de nous préoccuper. La pandémie nous a tous amenés à être hyperconnecté pour garder contact avec nos proches, tout en faisant monter en flèche notre utilisation de nos écrans et du même coup notre anxiété et notre égo de performance. C’était devenu incohérent pour nous de parler de minimalisme, de slow living et de mode de vie écologique tout en passant plus de 4h par jour notre téléphone à la main. On a donc pris la décision de mettre en pause nos comptes personnels pour une durée indéterminée (on vous en explique plus ici).

Depuis ce jour, on a retrouvé du temps pour lire des romans, jardiner, être plus attentive à nos proches, cuisiner, etc. Ce temps qu’on croyait que l’on ne possédait pas, mais qui en fait était mal réparti puisqu’on se laissait emporter par la distraction des réseaux sociaux. On arrive même à sortir sans nos téléphones maintenant.

Ça nous a apporté une toute nouvelle perspective sur la pertinence de ce qui est partagé sur ces médias et sur tout le chaos d’informations et d'opinions qu’on y retrouve. Ça nous a montré aussi qu’il est possible d’exister (et même plus) même si on ne partage pas ces moments sur les réseaux sociaux. Juste l’écrire ça semble ridicule, mais c’est pourtant un réel sentiment. Est-ce qu’un moment a vraiment existé si on ne l’a pas partagé au monde entier? On vous jure que oui!

On vous encourage fortement à désencombrer votre vie numérique à votre tour! Peu importe à quelle étape vous êtes rendu dans ce processus et même si vous avez des petites rechutes en cours de route!

Trucs pour appliquer le minimalisme digital à son quotidien

  • Se désabonner des infolettres
  • Supprimer les messages et courriels lus 
  • Videz votre boîte de courrier indésirable
  • Faites le tri de vos photos et vidéos
  • Supprimez les applications dont vous ne vous servez plus
  • Désactiver les notifications et alertes sur votre téléphone
  • Fixez-vous des limites de temps d’utilisation
  • Faites le ménage des personnes que vous suivez sur les réseaux sociaux
  • Laissez votre appareil à l’extérieur de votre chambre à coucher, réservez-vous des zones sans téléphone pour relaxer et vous permettre de déconnecter
  • Faites des détox numériques de temps à autres en mettant en pause vos réseaux sociaux le temps que vous désirez ou lorsque vous partez en vacances
  • Utilisez des moteurs de recherche comme Ecosia

On vous invite à écouter notre podcast avec Infuse Magazine où on discute de ce sujet et nos impressions!

*https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/moteur-de-recherche/segments/chronique/165403/impact-environnement-travail-maison-carbone

*https://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/01/12/une-recherche-google-a-un-cout-energetique_1140651_651865.html

← Article précédent Article suivant →



Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Net Orders Checkout

Item Price Qty Total
Subtotal $0.00
Shipping
Total

Shipping Address

Shipping Methods

Français